#45. ANAÏS, FONDATRICE D’ÄB CÉRAMIQUE, MAMAN DE JULIETTE

#45. ANAÏS, FONDATRICE D’ÄB CÉRAMIQUE, MAMAN DE JULIETTE

Cette semaine, c’est Anaïs, la fondatrice d’Äb Céramique, Maman de Juliette 1 an qui nous fait part de son quotidien.

Je te laisse te présenter…

Je m’appelle Anaïs, j’ai 33 ans. Je vis à Lyon avec Patrice, mon Amoureux et Juliette notre petite fille de 1 an. Je suis céramiste. Je fabrique de la vaisselle et des objets décoratifs pour le quotidien. Je suis spontanée, étourdie, angoissée, plutôt joviale et sourde 🙂 Je suis gémeaux… J’aime boire et manger. J’aime cuisiner sans livres de recettes. Comme à l’atelier, tout est au feeling, on n’a peur de rien ! J’aime danser, même si c’est bien trop rare depuis quelque temps. Je n’aime pas programmer les choses, sauf au dernier moment, Patrice s’arrache les cheveux !!


Tu es la Maman de Juliette, qui est-elle ?
Juliette est une petite coquine de 1 an et quelques semaines. Elle est brunette et curieuse du moindre bruit. C’est une petite fille facile à vivre, qui sourit tout le temps et qui dort super bien. Elle a déjà tout de même un bon petit caractère. Championne du déplacement à la GI, elle rampe et avance avec les coudes à une allure folle.

Quelles sont les valeurs que tu souhaites lui transmettre ?
Que la vie c’est avant tout être en accord avec soi-même pour être bien avec les autres. Vivre, échanger, rire, partager… J’aimerais qu’elle sache se faire confiance pour avancer et défendre ses idées.

Je suis pour la simplicité. Pour vivre heureux on n’a finalement pas besoin de grand chose de matériel mais plutôt de l’humain. Mais ça c’est ma vision, elle fera bien ce qui lui plaira. Sinon, bien évidemment la tolérance, le respect des autres et des choses qui nous entourent. S’émerveiller des belles choses simples : un beau ciel, un paysage, un câlin, une caresse ou un sourire.


Quelles sont vos habitudes de consommation ?
Avec Patrice, quand on s’est rencontrés on n’avait pas la même façon de consommer. Avec le temps on a réussi à trouver un équilibre, même si selon moi, on achète encore trop 🙂
Je viens d’un milieu où acheter sans cesse importe peu, acheter neuf en tous cas car dans la maison familiale c’est une vraie caverne d’Ali Baba. On est fan de brocantes et de récup’. J’aime les objets qui ont une histoire. Mon métier m’a aussi mis dans des situations fragiles, cela m’a beaucoup appris sur ce dont on a réellement besoin : PEU MAIS BIEN, et de valeur éthique. Ce pour quoi je travaille tous les jours.
A l’atelier, je travaille dans une logique de recyclage et je veille à ne rien gaspiller. Je n’ai pas l’eau courante. Je fabrique des bacs de décantation, je cuis mes déchets polluants pour les stabiliser et les emporter en déchèterie, je recycle toute ma terre… Je suis très soucieuse de tout ça depuis toujours, et bien entendu de plus en plus avec les prévisions plus qu’alarmantes de la situation de notre planète.
Bien sûr j’aime me faire plaisir et m’acheter des choses de temps en temps, mais très raisonnablement. Je n’ai pas la folie de l’achat. Avoir le dernier truc à la mode ou ultra technologique ne m’intéresse absolument pas. Et la semaine, je vais à l’atelier en vélo pour me retrouver en jean basket, mon bleu de travail, donc je n’ai finalement besoin que de peu de vêtements.
Côté cuisine, on cuisine chaque jour, souvent simple mais toujours frais. On essaie de choisir de bons produits. On fabrique aussi nous mêmes nos produits ménagers depuis quelques mois, et avons un lombricomposteur. Patrice a ouvert un élevage de 300 vers de terre de Haute-Loire. Pour Juliette, nous n’avons quasiment rien acheté neuf. De la récup’, de l’occasion et du troc avec mes collègues créateurs.

Peux-tu nous parler de ton métier ? Qu’est-ce qui t’a donné enfin de faire ça ?
J’ai trainé sur les bancs de la fac un petit paquet d’années pour me rendre compte que je n’avais aucun avenir avec les diplômes que je m’apprêtais à passer. J’étais à Montpellier à l’époque, j’ai découvert une petite boutique de céramique, 500°, qui m’a totalement charmée. J’étais cliente pour toutes les bonnes occasions (crémaillères, anniversaire, Noël…) et à force d’y traîner, j’ai sympathisé avec Laurent, le potier. J’ai découvert un métier que je ne connaissais absolument pas, que je classais dans les métiers archaïques et en perdition !! Mais son travail contemporain m’a bluffée. J’ai fini par bosser pour lui en dehors de la fac, puis par m’inscrire en CAP tourneur en céramique. J’ai fait trois ans d’études dans ce domaine, puis monté mon atelier en 2012, d’abord en Bourgogne, avec mon amie et collègue Stéphanie Gamby, puis à Lyon en 2015. En fait, de découvrir l’atelier de Laurent, ça a été un flashback pour moi car quand j’étais petite mon père était bijoutier-joaillier et je passais des heures sur mon établi à frotter, poncer, polir les chutes des bijoux. C’est avant tout de travailler un matériau et le transformer qui me passionne.
Aujourd’hui, je travaille dans un atelier collectif, les Manufacture(s), à Caluire. Je fabrique surtout de la vaisselle et du mobilier en céramique, de la vaisselle pour enfants, mes « sets de naissance », et travaille pour des hôtels, des boutiques et des restaurants. Je suis la seule céramiste dans cet atelier et la seule fille aussi !

Je partage ce superbe espace avec des ébénistes, agenceurs d’espace, des designers, un artiste numérique… bref une belle équipe.


Quel précieux conseil donnerais-tu à un jeune qui serait attiré par le monde de l’artisanat ?

Patience et persévérance ! Et ne pas croire que, parce que les réseaux sociaux redorent le blason de l’artisanat d’art, c’est une branche « facile et jolie ». L’envers du tableau est passionnant mais difficile.


Dans 10 ans il se passe quoi ? Tu es où ? Tu fais quoi ?
Dans 10 ans, je n’ai plus besoin de sortir de mon atelier pour vendre, je bosse sur des gros projets de commandes, et peut-être que je fais de la sculpture. Juliette sera grande, aura de belles bouclettes brunes et des barrettes, on aura un chien et des chats et une belle maison avec une grande piscine… Non, je déconne !!
Je ne sais pas. Je souhaite qu’on soit heureux dans nos jobs comme dans notre vie personnelle et que si on habite encore en ville qu’on puisse aller respirer ailleurs régulièrement, comme on le fait aujourd’hui.

Dans l’idéal, peut-être retaper une maison. J’adore l’architecture et l’aménagement d’espace. Petite c’était mon rêve, je passais mon temps à dessiner des plans de maisons. J’en fabriquais même avec des cailloux et de la terre. En tous cas, être heureux où qu’on soit et avec une planète qui tient la route. Et aussi recommencer à voyager.

Je suis le génie d’Aladdin et je peux exaucer 3 de tes vœux…
1/ bon ben puisque c’est ça ne perdons pas de temps : une grande maison de ville, ancienne, avec un jardin. J’en ai repéré quelques unes, viens je t’emmène voir ça…
2/ une planète qui tient la route et des dirigeants moins stupides, moins capitalistes, qui arrêtent de faire culpabiliser les petits citoyens, les faire consommer mieux et plus chers, trier, et qu’eux aussi mettent la main à la pâte et obéissent à des règles drastiques en terme de gestion de leurs déchets, polluants… Surtout fabriquer mieux et moins, tout simplement.
3/ avoir ma famille heureuse, amoureuse et soudée en fait 🙂

POUR TE CONNAÎTRE ENCORE PLUS…
* Un défaut dont tu as horreur ? Un seul ?? La mauvaise foi.
* Un artiste ? Alechinsky, membre du groupe CoBrA qui travaillait différents matériaux, dont la terre. Avec une écriture incroyable !
* Un trait de caractère ? La sincérité. Le faux m’importe peu, ça m’agace même. C’est d’ailleurs un peu compliqué pour moi tous ces réseaux sociaux. J’ai tellement l’impression que c’est la course au paraître. Je n’adhère pas du tout à ce truc. Ça m’aide dans mon travail, je l’utilise, oui mais sobrement je pense.
* Un matériau ? La terre mais aussi le bois et tant d’autres…
* Un objet déco ? Le cadre. On peut mettre tout ce qu’on veut dedans, dessin, photo, sérigraphie, collage, emballage…
* Une boisson ? Le thé noir bergamote le matin, un bon verre de vin ou un petit whisky le soir avec mon Amoureux.
* Un talent caché ? Le chant même si je suis la seule à y croire. Ma copine Clem et Juliette peut-être ?
* Un pêché mignon ? Le chocolat
* Une personnalité ? Helena Rubinstein. J’ai dévoré sa biographie, une femme incroyable, une vie incroyable. Et toutes les femmes de grands hommes, qui bien souvent étaient au moins aussi importantes qu’eux !
* Une boutique de déco ? RESPIRO, une boutique artisanale bien entendu. De la céramique, du bois, du textile, des matériaux nobles, naturels. Mais encore une fois, il y en a plein d’autres…

 

Partager cet article



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *